57504371_408660206389953_8036634721423196160_n

Témoignages d’ados

 
 Luc Haguet (12 ans) raconte un weekend à Dougoum.
       Quand je suis arrivé à Dougoum, j’ai été très content car les habitants se sont montrés aussitôt très gentils.
     Hasna, une jeune femme, nous a accueillis chez elle et nous a préparé un bon repas. C’était un grand sacrifice de sa part car les gens de ce village ne mangent pas toujours à leur faim. Cela  m’a touché.
     Puis, avec les enfants, nous avons visité les alentours et les jardins. Le soir, nous avons dormi à la belle étoile.
    Le samedi matin, après le petit déjeuner,  nous avons entrepris une longue balade en montagne à la recherche de légendes oubliées.
   L’après-midi nous avons distribué  aux villageois tous les objets que nous avions apportés et qui étaient offerts par les élèves de la Nativité. 
   Le dimanche, après une dernière promenade, nous avons dit au revoir à tout le monde. Les enfants nous ont chanté quelques refrains et les grands nous faisaient au revoir de la main. J’ai beaucoup apprécié ce geste. Et j’ai beaucoup aimé ce séjour de découvertes.
 
Nouradine (12 ans) raconte son weekend à Dougoum.
              Dougoum est un joli petit village avec des gens aimables. J’ai beaucoup aimé leur cuisine.
              J’ai rencontré un jeune garçon, Daoud, 12 ans, collégien à Tadjourah. Il nous a fait visiter  le coin.
 
           Hasna qui parle bien le Français, nous a fait voir les ruches et les jardins. Un adulte, Daoud, nommé responsable par l’imam, nous a montré le trou à ordures et le dépôt pour les piles électriques qui sont dangereuses pour la nature. Avec Abdo, nous avons regardé le fond du puits malheureusement presque à sec.
              J’ai beaucoup aimé la marche avec Monsieur Yasine. On a gravi une montagne où il y avait beaucoup de cavernes et de nombreux acacias. La vue sur l’oued et sur le village est magnifique.  Mais les légendes sont terribles et me faisaient dresser les cheveux sur la tête !
             Puis on a distribué les vêtements, les aliments, les chaussures et les jouets, avec Mesdames Karine et Marie France. Toutes les familles étaient heureuses et nous ont remerciés.
              On pouvait dormir et manger dans les daboïtas, mais on a préféré dormir à la belle étoile. C’était le moment de la pleine lune, on y voyait comme en plein jour.
On a mangé des spaghettis à la tomate, du riz aux aromates, du cabri aux oignons. Le plus étrange, c’était la sauce au poisson au petit déjeuner.
              Les gens de Dougoum sont aimables et j’aimerais revenir les voir pour les aider davantage. Si je peux, je leur porterai du thé, du riz et des habits pour les bébés.

            Je remercie Monsieur Jean Marie et les professeurs qui nous ont accompagnés, ainsi que notre directeur qui nous a proposé ce voyage utile.

Fatouma Ali raconte sa découverte de Dougoum.
          Dougoum est un village où tout le monde sourit. Les enfants sont nombreux et très actifs.

       J’ai vraiment beaucoup aimé distribuer aux gens des aliments et des vêtements : des samaras, des dessous… Le sourire était sur toutes les bouches.
       Ce village a une richesse : le miel. Mais malheureusement ils n’ont pas de matériel. Monsieur Jean Marie leur apprend les techniques et leur donne des outils. Bientôt on pourra  mettre du miel du Day sur nos galettes ou sur notre pain.
     Ce village est beau : il est propre et les jardins sont bien verts. Mais le problème le plus grave, c’est qu’ils vont manquer d’eau s’il ne pleut pas !
     Chaque famille aimerait cultiver un tout petit jardin pour améliorer l’alimentation de chacun.
      Je vous demande de leur rendre un service en adhérant à l’Association des Abeilles de Dougoum.